Faut-il prendre l’adolescent « au mot » ?

Publié le 9 avril 2018, mise à jour le 3 avril 2018
par Néret florence

« Un entretien avec Philippe Lacadée, psychiatre, psychanalyste. (06:37)

Scarifications, drogues... sont les signes d’un adolescent qui souffre mais qui n’a plus les mots pour dire. A la place, naissent les maux. L’utilisation des mots par les adolescents est variable, certains en manque car ils se trouvent dans une précarité de symbolisation, quel mot désigne quoi. D’autres utilisent les mots pour couper la relation à l’autre, à leurs éducateurs, au risque que si on les laisse faire, ils s’enferment dans une bulle narcissique.

L’art d’éduquer se situe dans l’équilibre à entendre ces différentes expressions en posant une limite si necessaire : pouvoir prendre l’adolescent au mot, le reconnaitre dans ses maux, tout en n’acceptant pas tous ses mots.

Cette vidéo a été réalisée à l’occasion de la conférence « À quoi ça sert d’apprendre ? Des sujets curieux ouverts sur leurs désirs ou des sujets formatés ? » de Philippe Lacadée, à Liège le samedi 23 septembre 2017. » D’après la présentation de l’éditeur

Vidéo à voir sur le site yapaka.be


calle
calle
calle