Sortie du film "Tant la vie demande à aimer" de Damien Fritsch

Publié le 9 février 2017
par Laurent Ménochet

Tant la vie demande à aimer

France - 2016 - 60 min.

Un film documentaire de Damien Fritsch

Résumé

"Charles, 14 ans, est scolarisé à Namur dans un centre pour jeunes polyhandicapés. Après 17h, il rentre à la ferme où travaille toute sa famille. Charles ne parle pas et se déplace dans un fauteuil roulant, lentement très lentement. De retour à la maison il retrouve sa chambre avec ses jouets, sa ferme miniature. En attendant le repas du soir, Charles avec une patience et une obstination incroyables, déplace tracteurs et animaux comme pour imiter ses parents.

Dans le petit groupe des adolescents polyhandicapés de l’institut médico-éducatif de Montreuil, Sébastien, Hugo, Juliette, Catherine et Océan apprennent à communiquer grâce à un curieux langage fait de dessins et de signes. Entourés de Catherine l’éducatrice spécialisée, nous suivons les progrès des uns et des autres dans cette classe un peu particulière.

Niels et Aude sont les parents d’Océan, polyhandicapé de 14 ans. Ils essaient de vivre comme tous les parents. Régulièrement ils partent en vacances en famille, vont au grand Aquarium de Paris, ou plus simplement au marché. A travers le quotidien de cette famille qui a décidé de faire abstraction du regard des autres nous essayerons de cerner comment le monde extérieur perçoit la condition de la personne polyhandicapée.

A Barcelone au sein de la Fondation Nexe qui prend en charge des enfants polyhandicapés de l’âge de six mois à six ans, nous découvrons la particularité des pratiques expérimentales d’une équipe pédagogique très jeune. Entre bains de chocolats et massages Ayurvédiques, les tout petits expriment leur ravissement.

Avec ce film nous partons à la découverte d’un monde où le toucher et le regard ont tant d’importance. Nous partageons l’histoire de ces êtres particuliers et interrogeons le regard que nous portons sur eux."

Le film est disponible en VOD et en DVD.

Le site du film.


calle
calle
calle